Biographie

 
 

Depuis 2001, l'ensemble classique SCHERZO enchante un public toujours plus nombreux dans plusieurs pays d'Europe occidentale. C'est en février 2001 que deux jeunes musiciens – diplômés de la plus prestigieuse haute école et académie de musique de Russie, l'Académie Gnessin, à Moscou –, décident de relever un impossible défi: interpréter sur des instruments traditionnels de la musique populaire russe des œuvres écrites pour des orchestres symphoniques par de célèbres compositeurs russes et ouest-européens. L'ensemble SCHERZO était né.

L'idée d'aborder de grandes œuvres classiques avec de tels instruments habitait Sergeï Mushtakoff depuis le début de sa carrière de musicien. Programme ambitieux, le plus connu des instruments russes, la balalaïka prima, ne possédant que trois cordes, dont deux accordées à l'unisson! En outre, il n'existait aucun arrangement pour un ensemble instrumental tel que SCHERZO, constitué  d'une balalaïka prima et d'un bayan (accordéon à boutons russe). Il fallu donc commencer par élaborer des transcriptions, puis développer de nouvelles techniques musicales.

 

Une entreprise couronnée de succès

Les premiers résultats furent plus que convaincants et le succès ne se fit pas attendre. Un premier CD (« Quartet SCHERZO »), produit en avril 2001, fut suivi deux ans plus tard par « Tableaux d'une exposition » et aujourd'hui par « Classic Impressions ». Pour envoûtants qu'ils soient, ces trois CD ne sauraient remplacer l'émotion d'un concert: depuis sa naissance, SCHERZO a enthousiasmé son public plus d'une centaine de fois, rien qu'en Suisse, y compris à la radio et à la télévision. C'est peu de dire que SCHERZO fait honneur à son nom. A la noblesse de la musique classique, il ajoute une fraîcheur d'un charme incomparable, où la légèreté le dispute à la virtuosité.